06 décembre 2013

Avec le pape François, prions Marie

Marie SGL.jpegVierge et Mère Marie,

toi qui, mue par l’Esprit,

as accueilli le Verbe de la vie

dans la profondeur de ta foi humble,

totalement abandonnée à l’Eternel,

aide-nous à dire notre “oui”

dans l’urgence, plus que jamais pressante,

de faire retentir la Bonne Nouvelle de Jésus

Lire la suite

30 novembre 2013

J- 25 : Attendre oui, mais…

madonna_del_parto antonio veneziano.jpgJe ne crois pas vous apprendre grand-chose en vous disant qu’il nous est de plus en plus difficile de prendre le temps : au feu rouge, le passage clouté est déjà enjambé, le tweet, montre en main, en 10 secondes est envoyé, les pasta box en deux coups de fourchette sont avalés…D’ailleurs tout est fait pour nous éviter d’attendre. Je vous épargne les joyeuses perspectives des fêtes de fin d’année, avec sa traditionnelle course frénétique aux cadeaux. Généralement nous arrivons à Noël bien épuisés et parfois même, à peine sommes nous entrés dans le temps de l’Avent que nous nous surprenons déjà à dire « Vivement que tout cela soit fini ! ».

Et pourtant Jésus a choisi de se faire attendre. Peut-être nous prend-il au dépourvu ? Peut-être prend-il le contre-pied de nos habitudes ? En se faisant tout petit, Jésus mûrit notre attente, creuse en nous le désir de le rencontrer. Le temps de l’Avent, qui nous conduit jusqu’à Noël, réveille notre attention et seule l’attention est capable d’aimer. Comme des parents qui attendent pendant neuf mois l’arrivée d’un nouveau-né, redoublant d’attention à l’égard de cette vie cachée, guettant les moindres mouvements de l’enfant, ainsi nous sommes invités pendant ce temps de l’Avent à prendre le temps pour être attentif à la vie de Dieu qui se déploie dans nos vies. Pendant une grossesse, un enfant s’éveille à la voix de ses parents. Pour nous, c’est l’inverse, nous nous éveillons à la voix de Celui qui s’est fait petit enfant, Jésus, le Fils de Dieu.

Pour Noël, faites-vous un beau cadeau : prenez le temps de l’attente, jour après jour, dans une prière renouvelée ou tout juste entamée, pour accueillir, dans votre vie, Dieu qui veut demeurer chez vous.

Jean-Baptiste Aubert                   

05:36 Écrit par Webmestre_RBS dans Actualité, Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

26 octobre 2013

En novembre, nous prions pour les défunts

toussaint2.jpgLe 1er novembre, nous fêtons les saints qui, dans le ciel, chantent la louange du Dieu trois fois Saint.


Le lendemain, et tout au long du mois de novembre, nous prions pour les défunts, en particulier lors de la Messe célébrée à 10h à l’église, le 2 novembre.
Les familles des personnes défuntes dans l’année écoulée y sont personnellement invitées
.

« Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n°1030). La prière pour les morts appartient à la plus ancienne tradition chrétienne. En chaque Eucharistie, l’Eglise évoque le souvenir des défunts en général et de tel défunt en particulier. Le Christ est la « Résurrection et la vie » (Jn 11, 25) et c’est en Lui - particulièrement dans la célébration de la Messe - que nous pouvons rejoindre ceux qui ont quitté cette terre et prier pour eux.

La Messe est signe de notre foi en la résurrection du Christ et des morts, de notre espérance et de notre amour pour les défunts, pour qu’ils soient sauvés, corps et âme, pour toujours. Elle est  source de libération pour nos défunts.
En y participant fidèlement, en offrant une ou plusieurs messes pour des personnes chères qui nous ont quittés, nous leur manifestons notre fidélité et notre amour. Les fleurs de nos cimetières se fanent vite, notre prière ne se fane pas.

P. Renaud

22:34 Écrit par Webmestre_RBS dans Actualité, Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

03 décembre 2012

Prier pendant l'Avent

Pour se préparer à célébrer Noël, la revue "Prions en Eglise" propose un parcours spirituel quotidien avec sœur Bénédicte de la Croix.

Moniale cistercienne en Provence à l'abbaye Notre-Dame-de-Bon-Secours, sœur Bénédicte de la Croix aime la nature provençale et les grandes marches. C'est dans cette dynamique et avec la légèreté des paysages qui l'entourent qu'elle propose d'accompagner les pas de ceux qui chemineront avec elle tout au long de l'Avent.

Inscrivez-vous dès aujourd'hui sur le site Prions en Église www.prionseneglise.fr pour recevoir par mail, du 2 au 25 décembre, sa prière ou retrouvez-la chaque jour sur Facebook ou Twitter.

17:38 Écrit par Webmestre_RBS dans Actualité, Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

27 février 2011

Ne vous faites pas tant de souci pour demain... (Mattieu 6, 24-34)

Vivre pleinement l'heure présente,
habités par l'Amour de Dieu...
Belle méditation qui nous est proposée ce dimanche 27 février,
à laquelle fait écho la prière de Thérèse,
lue à la mese dominicale

Ma vie n'est qu'un instant, une heure passagèreLa_communaute_aux_foins_-_juillet_1896.jpg
Ma vie n'est qu'un seul jour qui m'échappe et qui fuit
Tu le sais, Ô mon Dieu! pour t'aimer sur la terre
Je n'ai rien qu'aujourd'hui!...

Oh! je t'aime, Jésus! vers toi mon âme aspire
Pour un jour seulement reste mon doux appui
Viens régner dans mon coeur, donne-moi ton sourire
Rien que pour aujourd'hui!


Pour la prière en entier...

Lire la suite

19:49 Écrit par Webmestre_RBS dans Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

28 février 2010

Le jeûne chrétien

05 - 91 Clair de lune.JPG

Les 2 premières messes du Carême (Mercredi des Cendres et 1er Dimanche de Carême) évoquent le jeûne : la manière de jeûner selon l’enseignement de Jésus dans l’évangile de Matthieu (« toi, quand tu jeûnes … » (Mt 6, 16-18)), et le jeûne de 40 jours de Jésus lui-même après son baptême (Lc 4, 1-13).

Mais le sens du jeûne est donné par Jésus dans un autre évangile, celui qui rapporte une discussion à propos des disciples de Jean-Baptiste et des Pharisiens, qui jeûnent, alors que les disciples de Jésus, eux, ne jeûnent pas (Mc 2, 18-20). Jésus demande alors : « les invités de la noce peuvent-ils jeûner lorsque l’Epoux est avec eux ? ». Il nous faut comprendre que lorsque l’Epoux n’est pas là, on jeûne, mais quand il est là, on ne jeûne pas. Le jeûne évoque les noces, une image en est donnée par le prophète Joël, qui est lu aussi le Mercredi des Cendres : « que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre » (Jl 2, 16) : le jeûne de nourriture rappelle le jeûne « conjugal » qui précède la nuit de noces.

Lire la suite

23:09 Écrit par Paroisse Webmestre dans Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

08 février 2010

Sois sans crainte !

031C.JPGLorsque Simon-Pierre entend cette recommandation de la part de Jésus, il peut l'accueillir de deux façons : d'abord comme une invitation à ne pas avoir peur de la proximité de Jésus, malgré sa misère de pécheur. En effet, Jésus n'a pas peur de notre péché; même si nous ne sommes pas brillants, il vient jusque dans notre barque, pour avancer avec nous. Ensuite, comme un encouragement à accepter sa nouvelle vocation, qui peut le prendre au dépourvu : Pierre va devenir pêcheur d'hommes ! Il n'y a sans doute jamais pensé (et comment peut-il comprendre ce que cela signifie ?). Mais la parole de Jésus le touche en profondeur, et il se met à sa suite sans hésiter.

Soyons sans crainte : Jésus nous rejoint dans notre barque, il nous connaît, et sait comment nous guider.

14:36 Écrit par Paroisse Webmestre dans Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

29 janvier 2010

Haïti : un tremblement qui nous ébranle tous !

800px-Haiti_earthquake_aftermath_tent_city.jpgAprès ce séisme, nous sommes touchés, nous seulement par notre réaction affective et notre participation solidaire, mais, plus profondément, parce que la vieille question en profite pour revenir : « Pourquoi ? ». Ou même, comme dit le Psaume 41 : « Où est-il, ton Dieu ? » (Ps 41, 11). La réponse, c'est Jésus qui nous la donne, car il a été lui aussi confronté à une catastrophe, certes d'une ampleur moindre que le séisme d'Haïti ou le Tsunami de 2004, mais qui posait la même question du sens de la mort brutale de « ceux qui ne sont pas plus mauvais que les autres » : « Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? », demande Jésus. « Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne nous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière » (Lc 13, 4-5).

Lire la suite

06:08 Écrit par Webmestre_CB dans Actualité, Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook