Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 janvier 2010

Haïti : un tremblement qui nous ébranle tous !

800px-Haiti_earthquake_aftermath_tent_city.jpgAprès ce séisme, nous sommes touchés, nous seulement par notre réaction affective et notre participation solidaire, mais, plus profondément, parce que la vieille question en profite pour revenir : « Pourquoi ? ». Ou même, comme dit le Psaume 41 : « Où est-il, ton Dieu ? » (Ps 41, 11). La réponse, c'est Jésus qui nous la donne, car il a été lui aussi confronté à une catastrophe, certes d'une ampleur moindre que le séisme d'Haïti ou le Tsunami de 2004, mais qui posait la même question du sens de la mort brutale de « ceux qui ne sont pas plus mauvais que les autres » : « Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? », demande Jésus. « Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne nous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière » (Lc 13, 4-5).


Jésus n'explique pas physiquement l'événement (pour cette tour, une malfaçon, ou l'usure des matériaux, ou la violence des intempéries ; ou, pour un séisme, la tectonique des plaques ...) ; il exclut en tout cas un lien direct entre le péché personnel des victimes et leur mort. Mais il invite tous ses auditeurs à cette prise de conscience : nous sommes tous mortels, et il est vraiment temps de nous convertir. Nous mourrons tous un jour ou l'autre, de manière douce ou violente, et nous n'y pouvons pas grand-chose. Mais aujourd'hui, une chose est de notre responsabilité : nous convertir, nous détourner du mal, et choisir l'amour. Car l'amour seul nous prépare à la vie éternelle, celle qui nous mettra tous à égalité, riches et pauvres. Aujourd'hui, nous pouvons choisir l'amour, en actes, et c'est ce que nous rappellent toutes les souffrances, les plus médiatiques comme les plus discrètes. Puissent nos actes de solidarité ne pas se cantonner à l'émotion, mais nous conduire à l'amour véritable, celui qui nous rend frères de ceux que nous voulons aider.

 

 

06:08 Écrit par Webmestre_CB dans Actualité, Méditation de la semaine | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.