Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 novembre 2009

Une Saint-Genoise au Pérou : Lucile Déal

Lucile s'est envolée vers l'Amérique du Sud...

Voici trois mois que je vis au Pérou.Lucile.JPG

Ici, pas de stress… Si j’arrive en retard, ce n’est pas grave. Le quart-d’heure lyonnais n’est rien en comparaison de la demi-heure péruvienne !

Les Péruviens sont très sympathiques et accueillants, notamment avec les étrangers. Ils veulent donner une bonne image de leur pays. Toujours prêts à rendre service, à renseigner. Ce comportement est parfois hypocrite, ne cherchant qu’à profiter de l’étranger - et pourquoi pas de son argent.


Le Pérou est un beau pays, aux paysages diversifiés. Lima, la capitale, regroupe pratiquement le tiers des habitants. Notre belle avenue des Champs-Elysées paraît un peu ridicule à côté de certaines avenues de Lima (18 Km pour la « Carretera Central »). C’est un pays en voie de développement ; la majeure partie de la population est donc assez pauvre, voire très pauvre. Il y a énormément d’emplois précaires. Beaucoup de personnes notamment travaillent dans la rue, essayant de vendre de la nourriture ou des objets aux conducteurs ou passagers dans les bus.

Pour enlever une idée fausse de nos têtes : les Péruviens se vêtissent comme les Français, c'est-à-dire en jean pour les plus jeunes et en costume pour les travailleurs les plus chanceux. Quelques femmes de plus de quarante ans, travaillant dans les champs ou sur les marchés ont encore le vêtement et la coiffure traditionnels (une jupe, un tablier et deux longues tresses). Les Péruviens vêtus de ponchos et bonnets colorés se font très rares dans les Andes !

La nourriture péruvienne est délicieuse. Les Péruviens (et surtout Péruviennes !) utilisent beaucoup de condiments. Le plat principal est composé principalement de poulet, de quelques légumes et de beaucoup d’épices. Il est servi avec du riz, l’aliment de base. Je vous conseille donc de venir ici pour votre déjeuner ou dîner ; par contre, pour le dessert, il vaut mieux retourner en France dans une de nos bonnes pâtisseries car les Péruvien(ne)s cuisinent très peu de gâteaux.

L’Eglise n’étant pas séparée de l’Etat, la religion est très présente. Ainsi, on peut voir écrit sur les taxis « Jésus est mon sauveur » ou « Jésus le bon pasteur ». « Que Dieu te bénisse » se dit très facilement.Je vois aussi fréquemment dans le bus des Péruviens faire un signe de croix, ou bien lire un livre sur la religion…

Dans certaines paroisses, il peut y avoir jusqu’à trois, quatre ou cinq messes par jour ; mais c’est parfois plus par superstition ou habitude culturelle que les Péruviens vont à la messe. Ils sont très attachés aux signes extérieurs ou aux sacramentaux comme les processions, les bénédictions d’objets, l’eau bénite… Je pense que la très grande majorité des Péruviens se dirait catholique (malgré la présence de sectes) mais une bonne partie ne pratique plus.

J’espère que ces quelques lignes vous auront aidés à vous faire une idée de ce pays et que je vous rencontrerai bientôt à Lima !

23:42 Écrit par Paroisse Webmestre dans Les Saint-Genois dans le monde | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.