Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 avril 2009

Pâques, le sursaut de l’espérance !

info_diocese.jpgChrist est ressuscité

En cette Vigile pascale, l’archevêque de Lyon et ses proches collaborateurs ont souhaité adresser cette lettre à l’ensemble des catholiques du diocèse :


« Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jean 13, 35).

« Je vous appelle mes amis » (Jean 15,15).

Au cours de la Vigile pascale, les disciples du Christ entendent, cette année, les mots de l’ange rapportés par l’Evangile : « N’ayez pas peur ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici… Allez dire à ses disciples et à Pierre : "Il vous précède en Galilée."» (Marc 16, 6-7).

Plus que jamais, ces paroles nous concernent. Sachons les recevoir intérieurement, pour les transmettre autour de nous, comme des semences d’espérance et de paix : sur nos chemins difficiles, le Ressuscité nous précède !

Nous vivons, en effet, une période éprouvante. Une réelle angoisse monte dans notre société. La situation économique gravement déstabilisée, en France et dans le monde entier, la précarité, la montée du chômage, les flambées de violence suscitées par un dialogue social de plus en plus tendu, tout cet ensemble trouble profondément les personnes et les communautés humaines – les nations comme les familles.

En ces premiers mois de l’année 2009, la barque de l’Eglise aussi, a été chahutée par des vents contraires, parfois violents. Et il y a peut-être un lien plus étroit qu’il n’y paraît entre ces événements récents et ceux de la société : en effet,  dans un tel contexte de perturbation générale les turbulences survenues dans l’Eglise sont ressenties plus durement et fragilisent davantage. A l’image du Christ Serviteur, l’Eglise a pour mission de servir « l’homme tout entier », et d’accompagner nos contemporains  au long du chemin, en leur annonçant inlassablement qu’ils sont aimés. Comme le dit le Concile Vatican II : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ » (Gaudium et spes, 1).

Avec les différents conseils de notre diocèse depuis janvier, et encore, ce mercredi saint, avec les prêtres réunis avant la célébration de la Messe chrismale, nous avons réfléchi et partagé sur ces tempêtes, spécialement sur celle que vient de vivre l’Eglise. Plusieurs prêtres se sont dits désemparés par la multiplication de ces « affaires », et parfois même excédés par leur montage en série et la désinformation qui s’en est suivie. Les attaques auxquelles elles ont donné lieu en ont fragilisé plus d’un. Pourtant, notre foi est claire, même si elle revêt des expressions diverses, comme celles des prêtres africains présents au milieu de nous, mercredi dernier. Nous avons reçu le témoignage de ces frères avec joie, et il fut pour nous une belle interpellation.

* * * *

Le  message de Pâques, c’est que la vie jaillit de la mort. D’une telle épreuve, doit donc venir un surcroît d’amour et de communion. C’est l’appel qu’il nous faut entendre.

  • Nous sommes appelés à une vie plus fraternelle dans l’Eglise. Tous ont le désir d’un dialogue renouvelé, aussi bien au niveau des évêques qui forment un « collège » autour du Pape, que dans un diocèse ou une paroisse, où les disciples du Christ doivent former une famille, et prendre en charge la mission d’annoncer l’Evangile, ensemble.
  • Nous sommes appelés à une foi toujours plus vive, car le Seigneur a promis à son Eglise sa présence et son assistance indéfectible, « tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Mat 28, 20). C’est le message de Saint Paul aux Corinthiens : « La résurrection ou rien ! ». Voilà notre vrai réconfort.
  • Nous sommes appelés à la prière, et nous nous rendons compte qu’il n’est pas facile de prier pour ceux dont les attitudes nous déplaisent ou nous choquent, pour nos ennemis ou pour ceux qui nous persécutent,  comme le demande le Seigneur. Nous savons bien que « c’est en lui-même que l’homme souffre division » (Gaudium et spes, 10), et que, là où surgissent les conflits, le Diviseur du genre humain n’est pas loin. Que faire alors, sinon implorer de Dieu ce que nous ne pouvons pas accomplir par nous-mêmes ?
  • Enfin, nous sommes appelés au témoignage, et Jésus a prévenu ses disciples qu’ils rencontreront des oppositions (Jean 15, 18). Une nouvelle fois, nous avons mesuré que l’enseignement de l’Eglise, surtout lorsqu’il s’agit de la vie concrète des hommes, est difficile à transmettre. Nous voyons à quel point il faut sans cesse renouveler ce message pour le rendre audible, et toujours le fonder dans la personne et la parole du Christ. L’Eglise est une source de miséricorde. Elle n’est pas là pour mettre à l’écart, mais pour favoriser la communion. Elle n’est là ni pour stigmatiser ni pour banaliser le péché ou la misère morale de l’homme, mais pour rappeler notre dignité d’enfants de Dieu, créés « à son image et à sa ressemblance ». Elle n’est pas là pour reprendre les facilités d’un discours majoritaire, mais pour inviter sans cesse l’homme à s’interroger sur lui-même, dans la vérité.


« Dieu a tant aimé le monde… » (Jean 3, 16) ; c’est de Lui que nous apprendrons à aimer les hommes de notre temps, comme ils en ont besoin. Nous remercions et admirons ceux qui ont su, ces derniers mois, en alliant la charité et la vérité, être de vrais « artisans de paix » et guérir des blessures par la douceur et l’accueil attentif de tous.

Notre assurance ne vient pas de nous, mais de Celui dont nous célébrons la victoire, en cette Nuit pascale.  Voilà l’espérance de Pâques, que nous voulions partager avec vous tous, prêtres et fidèles, religieuses, religieux, diacres et laïcs, tous les disciples du Christ avec qui nous formons ensemble l’Eglise de Lyon. Nous sommes en chemin ; nous savons qu’Il est ressuscité et qu’Il nous précède !

Vigile pascale, 11 avril 2009.

Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon
Mgr Thierry Brac de la Perrière, Mgr Jean-Pierre Batut, évêques auxiliaires
P. Pierre-Yves Michel, vicaire général
Mgr Emmanuel Payen, P. Jean-Luc Darodes, P. Bernard Badaud, archidiacres
P. Bruno Millevoye, secrétaire du Conseil du presbyterium

11:46 Écrit par Webmestre_CB dans Actualité | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.