Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 octobre 2008

Interview de Mgr Désiré, Evêque de Fénénérive, Madagascar

Mgr-Desire-1.jpgMonseigneur Désiré, Evêque de Fénénérive à Madagascar a passé 3 jours dans notre paroisse du 13 au 15 octobre dernier. Il visitait le Père Matthieu Thouvenot son ami.

Retrouvez ci-après le texte de son interview dans laquelle il revient notamment sur le cyclone qui a frappé l'île l'an passé et pour lequel notre paroisse s'était mobilisée.

Bonne lecture.


Monseigneur, pourquoi êtes-vous venu jusqu'à St Genis Laval ?

Je suis venu jusqu'à St Genis  Laval pour rencontrer le père Matthieu Thouvenot votre curé, que je connais depuis les années 1999 quand j'étais étudiant à l'Université Catholique de Lyon. C'est lui qui m'avait accueilli -en malgache- quand  je suis entré pour la première fois dans la cour de la Catho. Nous sommes devenus des amis.
Je suis venu aussi pour exprimer ma reconnaissance aux paroissiens de St Genis Laval, pour leur générosité et leur aide à un moment difficile pour notre région. Le père Matthieu  a été témoin oculaire du terrible cyclone Ivan qui a tout dévasté chez nous lors de son passage au mois de février. C'est lui qui  vous a informés de ce  désastre et par vos dons généreux vous avez exprimé que vous nous aimez même si on vit loin de vous.

C'est vrai que les  paroissiens ont été très généreux et les différents dons et la quête de Pâques ont rapporté 11 000 € pour  votre diocèse. Comment avez-vous utilisé cet argent ?

Une grande partie de l'argent a été utilisée pour acheter du riz et le distribuer dans les différentes paroisses et villages du diocèse. Le Secours catholique -que nous appelons Caritas- est présent dans toutes les paroisses de notre région. Cette organisation permet d'arriver au fin fond des villages qui autrement ne reçoivent rien par les autres systèmes d'aide mis en place par le gouvernement et les grandes O.N.G.
Une autre partie de l'argent est utilisée pour restaurer les différents bâtiments qui ont souffert par ce cyclone. Il s'agit surtout des tôles qui ont été arrachées des toits. Quand après le cyclone j'ai fait le tour de toutes les paroisses, partout on m'a demandé de l'aide  pour la reconstruction.  Ce qui était frappant, c'est que ces demandes étaient d'abord pour les églises et  les écoles et qu'ensuite seulement on me demandait de l'aide pour les habitations. C'est vrai que pour les maisons, les gens ont souvent fait face en mettant un toit temporaire en ravinala, fait  avec les feuilles de l'arbre du voyageur. Actuellement il y a encore beaucoup de bâtiments à restaurer.

Est-ce que aujourd'hui l'aide alimentaire continue ou tout est rentré dans l'ordre ?

L'aide alimentaire continue toujours et doit continuer au moins pour les plus nécessiteux.  Notre culture de base est le riz et la première récolte après le cyclone a été catastrophique car beaucoup de rizières avaient été inondées et dans notre région sont restées trop longtemps sous l'eau. Actuellement nous sommes dans une période de « soudure » entre deux récoltes et pour beaucoup de gens la situation est très difficile. Nous espérons que pour le riz la prochaine récolte sera à peu près normale une fois que les rizières ensablées auront été retravaillées.
D'autres récoltes qui sont importants dans notre région et constituent  une culture de rente pour beaucoup de personnes prendront  plus de temps avant de  redevenir normales. Chez nous on fait beaucoup de culture de girofle, un petit arbre très vulnérable ; cette culture a été détruite pratiquement en totalité. Il faut à peu près six ans pour que des nouvelles plantations produisent des récoltes convenables. L'autre culture de rente important dans notre région est la récolte des litchis ; beaucoup de branches ont été arrachées par le cyclone donc là aussi la récolte de cette année est désastreuse. 
Nous continuons donc par le réseau Caritas du diocèse et grâce entre autres à votre générosité  d’aider les familles à passer ce cap difficile.

Le mot de la fin ?

Un grand merci pour votre aide, et priez avec nous pour que les cyclones ne passent pas chez nous  la prochaine fois !

Interview réalisée le 14 Oct. . Marinus Rooijackers

Mgr-Desire-2.jpg

19:04 Écrit par Webmestre_CB dans Actualité | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.